Les dons de Suzanne Dansereau Forselund


Christian Therrien 2018-07-25


Christian, en collaboration avec Martine et Marguerite

Suzanne est une cinéaste originaire du Québec qui a émigré en Suède en 1968. Elle a d’abord été institutrice au début des années 1950 et c’est là qu’elle a été mise en contact avec le travail de Freinet. Elle dit avoir tout de suite été charmée par ses techniques et surtout par sa vision du travail des enfants. Elle se sentait déjà des affinités avec l’idée, centrale pour Freinet dès 1926, de permettre aux enfants de communiquer pour atteindre des objectifs et a beaucoup lu ce qui était publié alors sur la pédagogie du travail de Freinet.

Elle quitte rapidement l’enseignement à cause de conflits avec la direction de son école pour retourner elle-même sur les bancs d’école. Elle produira une thèse en technologie éducative sur l’usage de la télévision. Elle s’est alors lancée dans la réalisation de séries télévisées pour Radio-Canada, la télévision d’état, qui avait un budget substantiel pour le secteur jeunesse. Elle réalisera entre autre ”Gala des jeunes auteurs”, ”Jeunesse oblige” qui partait des intérêts des enfants, et ”La boite à chanson” qui faisait connaitre les chansons populaires de différentes régions du Québec.

Elle émigre en Suède en 1968 et dès son arrivée, elle est solicitée pour réaliser des émissions pour les jeunes. Elle n’en comprend d’ailleurs toujours pas la raison. Elle parlait alors très peu suédois et ne pouvait imaginer qu’elle avait une quelconque notoriété dans son nouveau pays d’adoption. Elle a quand même tout de suite été appréciée, ce qui l’a remise sur le chemin de la réalisation de séries télévisées, elle qui voulait se trouver une autre voie. Elle a voulu alors, par ses émissions, donner l’idée aux enfants de faire autre chose que regarder passivement la télé. "C’est la réalité qui nourrit la curiosité des enfants vers la connaissance", dit-elle.

Elle a aussi travaillé pour Greenpeace qui voulait mettre les enfants en situation de résolution de problèmes pour trouver des solutions à la pollution. C’est entre autre ce travail qui serait à l’origine des emballages de carton chez McDonald. Elle raconte aussi avoir eu beaucoup de plaisir á filmer des enfants harceler Margaret Thatcher, alors Premier àministre du Royaume-Uni, pour qu’elle réponde simplement à une question sur le nettoyage d’une région les concernant. Les réponses élusives et politiques de Mme Thatcher ne satisfaisaient manifestement pas les enfants.

En tout, c'est plus de 50 films et émissions télévisées qu'elle a réalisés. C’est son film ”Les enfants d’abord” (1996) que Suzanne est venue présenter à cette RIDEF. Ses deux ateliers courts du dimanche ont crée tant d’émoi qu’il lui a fallu en présenter un troisième le lundi.

En réalisant ce film, Suzanne a compris que parler de Freinet c’était témoigner d’un état d’esprit des éducateurs du mouvement de l’école moderne qu’il avait initié, et non pas donner des recettes toutes prêtes d’organisation de classe aux enseignants. En effet dans chacune la concrétisation était différente. Selon elle, son film n'a d'abord pas eu l'aval de la communauté à cause de cela. Elle pense d'ailleurs qu'il est impossible de bien représenter dans un film ce qu'est l'essence de la pédagogie initiée par Freinet. Il est très difficile de présenter la posture d'un intervenant dans un groupe et son fonctionnement, des groupes où on développe le "nous" du collectif en plus du "je" qui, développé seul, aboutit à la compétition. Suzanne saisit l'importance de l'apport Freinet où l'individu est en relation avec les autres. Elle donne à voir dans les écoles qu'elle a filmées comment, à la fois, le "moi" est reconnu par les autres et comment l'individu reconnait le groupe.

L'autre aspect essentiel qui en découle est l'interactivité. Car c’est précisément, grâce à ce développement du "nous", que se créent des réseaux. D'où la place centrale de la nécessaire maitrise des médias, y compris au travers du numérique. Elle pense que c'est par cette maitrise partagée que l'on devient une force. Et c'est précisément l'objet du message qu'elle veut laisser à la communauté et aux générations qui viennent: "Le vaccin contre la désinformation est le microphone... L'école doit plus que jamais ressembler à une salle de rédaction, à un bureau de publicité d'où surgira la connaissance et l'objectivité... La télévision et les média doivent passer d'outils d'information à ceux de communication..."

Intarrissable, Suzanne est bien heureuse que son message passe encore, une autre preuve, s'il en faut, que la pédagogie Freinet est toujours d'actualité, voire immuable. et que son travail est encore utile.

Tip a friend     Print




A family photo / Foto de familia 


Historietas Comic Strips

 

Poetry Workshop

ROAD

By Tatjana

It takes me to the forest.

Underneath some little trees grow

and I know why they grow now:

So they can become tall and strong as the others.

FIMEM
Freinet's Calendar

Warning: Illegal string offset 'timespan' in /shared/www/webnews.textalk.com/20210322115504-832c8ab/www/en/include/components/print_articles_most_read.php on line 15

Warning: Illegal string offset 'numarticles' in /shared/www/webnews.textalk.com/20210322115504-832c8ab/www/en/include/components/print_articles_most_read.php on line 16
Most read
Tip the editor

To download / Télécharger / Descargar en PDF all 5 editions

FIMEM Official site

www.fimem-freinet.org

RIDEF Official site

www.ridef.one